Accueil

OCLDI : les voleurs de moteurs de bateau n’en mènent plus large

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.

Ils avaient accumulé un butin dépassant le demi-million d’euros. Et tout ça uniquement grâce aux vols de moteurs de bateau. Les quatre malfaiteurs pensaient certainement mettre les voiles avec leur magot, mais c’était sans compter sur la pugnacité des enquêteurs de l’OCLDI.   

Pendant six mois, un étrange phénomène a été observé dans le sud-ouest de la France ; les propriétaires de bateaux à moteur voyaient, un à un, leurs précieux moyens de propulsion disparaître. Ces faits récurrents ont eu lieu principalement entre juillet et décembre 2020, dans trois départements de la façade océanique : la Gironde (33), les Landes (40) et les Pyrénées-Atlantiques (64).

« Enlevez l’uniforme, vous travaillez pour moi maintenant », annonçait le commissaire Gordon au jeune John Black, dans le film « Batman the Dark Knight Rises ». Ce à quoi le futur Robin répondait : « Monsieur, c’est peut-être une coïncidence. » « Vous êtes détective maintenant », rétorque l’intéressé, avant d’ajouter sèchement : « Vous n’êtes plus autorisé à croire aux coïncidences. »

Ce dialogue a peut-être inspiré les enquêteurs de la Direction zonale de la police judiciaire de Bordeaux (DZPJ) et ceux de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). Car ils sont certains d’une chose : les différents vols sont commis par la même équipe.

Les deux entités sont donc saisies conjointement de l’enquête, dans un premier temps sous la direction du parquet de la JIRS (Juridiction interrégionale spécialisée) de Bordeaux et par la suite, par un juge d’instruction.

Les investigations permettent de matérialiser six périples de vols de moteurs commis en 2017 et 2020 portant sur un total de 60 moteurs, soit environ 610 000 €.

Du 10 au 18 mars 2021, une opération judiciaire est conduite, en France et en Roumanie, sous la coordination de l’OCLDI. Quatre individus sont entendus par les policiers de la DZPJ de Bordeaux et du détachement OCLDI de Toulouse, avec l’appui de la police roumaine.

Les quatre hommes sont incarcérés en vue d’être présentés au juge d’instruction de la JIRS de Bordeaux.